« Au moment où ils y ont cru, on a commencé à douter »

Septième minute de jeu. Tom Boon claque un sleep puissant au fond du but et ouvre le score pour la Belgique dans la finale qui l’oppose aux Néerlandais. Vingt minutes plus tard, c’est son ami du Racing qui inscrit le 2-0 d’une superbe déviation. L’histoire était trop belle. Un peu plus d’une demi-heure plus tard, les deux attaquants bruxellois repartaient avec la médaille d’argent.  Et des regrets, selon Tom Boon.

Tom, le scénario était idéal jusqu’en début de seconde période. Et puis les Hollandais marquent leur premier but.  Ça a été le tournant du match?

C’est vraiment le tournant du match. A 2-0, on se rendait bien compte que le score était un peu forcé et que les Hollandais étaient en forme. Et là on prend un bête goal.  Nous ne sommes pas assez alertes et Kemperman en profite pour envoyer un missile dans la lucarne, poteau rentrant.  Marquer un si beau but les a certainement encore plus motivés. Les dix milles personnes dans le stade les ont poussé et au moment où ils y ont cru, nous avons commencé à nous décourager, à douter.

On a eu le sentiment que ce but vous a coupé les jambes.

On n’arrivait pas à les mettre sous pression et nous avions peur de sortir de défense, peur de l’égalisation. Et c’est évidemment quand on a peur de prendre un but qu’on en prend un. Tout ça s’est passé un peu inconsciemment je pense mais il ne fallait pas reculer et continuer à mettre la pression, à chercher des pc.

De manière générale, on a moins osé jouer au hockey que d’habitude. Le coach a pourtant insisté en 2e mi-temps pour jouer court. En cinq passes, on pouvait être dans leur cercle, mais on ne l’a pas assez fait. Et puis il y a ce pc et cette carte qui sont un peu sévères je trouve. Les deux en même temps, ça faisait beaucoup. Il ne reste que quelques minutes, nous sommes à dix et avec un but de retard. On doit marquer un goal mais ne pas trop sortir non plus, sous peine de prendre un contre. Nous avons aussi une dernière grosse occasion en fin de match mais on ne la met pas…

Les Red Lions peuvent avoir des regrets après cette finale?

C’est sur qu’on aura des regrets encore pendant longtemps. Maintenant, c’est le sport et il faut l’accepter.

Même si l’événement n’est pas le même et que la déception aux Jeux Olympiques était bien plus grande, j’ai un peu le même sentiment. Nous n’arrivons pas à sortir notre meilleur match au bon moment. Nous n’étions pas à 100% aujourd’hui, peut-être même 15% en moins et ça ne pardonne pas.

Mais quelque part, si on prend du recul, on remarque que toutes les nations parlent de nous comme l’une des meilleures équipes. Ça doit nous donner confiance et il faut maintenant décrocher une première victoire dans un gros tournoi. Si on arrive à en emporter un, il y en aura plusieurs après, j’en suis certain.

 

Photo: Marc Lequint

Bertrand Lodewyckx
Ça vous a plu? Tip-in Hockey News, c'est aussi un magazine mensuel avec le meilleur du hockey belge et international. Vous voulez découvrir nos offres ou vous abonner?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.