Dix choses à savoir avant la finale olympique des Red Lions

1.Colin Batch. Le coach des Australiens a également été à la tête des Red Lions dans le passé. Il a coaché la Belgique de 2010 à 2012 avec à la clé une 5e place aux JO de Londres. Avant de prendre les Kookaburras en charge depuis fin 2016, il a également été le coach de l’équipe masculine néo-zélandaise de 2012 à 2016.

2. 4/10. Lors des dix dernières rencontres entre les deux équipes, disputées entre 2015 et 2020, la Belgique l’a emporté à quatre reprises pour quatre défaites et deux matchs nuls (une victoire belge aux shoot-outs). Le dernier duel entre Belges et Australiens date du 26 janvier 2020 (victoire belge aux shoot-outs). Quasi une éternité dans le calendrier international.

3.Moyenne d’âge et de sélections. Pour rappel, côte belge c’est 209 sélections et un âge moyen de 28,7 ans avant d’aborder le tournoi. Les Kookaburras ont en moyenne 26 ans et 139 sélections.

4.Leur parcours. Les Kookaburras ont connu une phase de poule similaire à celle des Lions avec un bilan de quatre victoires et un match nul. Les Australiens avaient d’ailleurs la 2e meilleure attaque et 2e meilleure défense à l’issue du premier tour, juste derrière…. les Lions. En quarts de finale, les troupes de Batch ont dû passer par les shoot-outs pour éliminer les Pays-Bas avant de s’imposer 3-1 en demis contre les Allemands.

Je découvre le magazine Tip-in

5.Palmarès aux Jeux Olympiques. L’Australie aux JO, c’est neuf médailles, dont une en or, glanée lors des Jeux de 2004 à Athènes. Pour le reste, ils ont récolté trois médailles d’argent et une de bronze. La dernière date de 2012 (bronze).  

6.Hendrickx vs Govers. Les deux artificiers sur sleep avaient partagé le titre du meilleur buteur à la Coupe du Monde 2018 avec 10 buts chacun. Cette fois-ci, Hendrickx a pris le meilleur sur son concurrent australien. Le défenseur belge a inscrit 14 goals (12 pc, 2 strokes) alors que Govers n’en a planté (que) 7 (1 goal de plein jeu, 5 pc, 1 stroke). Il faudra surveiller le numéro 16 belge et le numéro 13 australien lors de cette finale. Sans oublier de se méfier de Brand et de Wickham, 5 buts chacun.

7.Cartes et vidéo. Côté Lions, on a pris cinq vertes et deux jaunes et sept matchs. Un peu moins que les neuf vertes et la jaune australienne. Si on poursuit à propos de l’arbitrage, l’Australie a très peu fait appel à la vidéo. Seulement cinq fois et en gardant chaque fois son appel. Les Belges en sont à neuf appels, six à raison, trois à tort.

8.Matchs à élimination. Sans compter les championnats continentaux et en tenant compte de la Pro League, la World League, la Coupe du Monde et les JO de 2016. Depuis cette date et le tournoi olympique compris, les Australiens ont disputé 9 matchs à élimination directe pour un bilan de 6 victoires et 3 défaites. Pour les Lions, le bilan est de 12 rencontres disputés avec à la clé 9 victoires et 3 défaites. Le ratio belge est donc légèrement meilleur. Les deux derniers duels à élimination que les deux nations se sont livrés ont accouché d’une victoire des Australiens en finale de la Pro League 2019 et… d’une victoire belge en 2017 lors de la demi-finale du tournoi demi-finale de la World League.

9.Premier but. Statistiquement, il vaut mieux marquer le premier but pour l’emporter. En phase de poules, l’équipe qui a marqué en premier a gagné dans 60% des cas, pour 20% de matchs nuls et 20% de défaite. Lors des matchs à élimination, la tendance s’est encore plus accentuée. Une seule équipe, en six matchs, a perdu après avoir ouvert le score. Il s’agit de l’Espagne en quarts face à la Belgique. Sinon que des victoires pour l’équipe qui a inscrit le premier goal. Côté australien, seule l’Argentine a réussi à marquer en premier contre eux, avant de s’incliner.

10.Attention au 2e quart. C’est à ce moment-là que les Australiens ont marqué le plus de goals (8/27). Ils en ont également planté 7 au 1er quart et 6 aux 3e et 4e quarts. Les Belges ont encaissé équitablement 4 buts aux 1e, 2e et 3e quarts. Ils ont par contré fait mal à leurs adversaires lors du 3e acte (15/34) et au 1er quart dans une moindre mesure (9/34). Le 3e quart risque d’être crucial. C’est l’acte lors duquel les Australiens ont encaissé le moins (2/12) mais ce n’est pas beaucoup moins que lors du 1er (3), 2e (3) ou 4e quart (4).

Bertrand Lodewyckx
Ça vous a plu? Tip-in Hockey News, c'est aussi un magazine mensuel avec le meilleur du hockey belge et international. Vous voulez découvrir le magazine ou vous abonner?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.