Edito: Le cas Simon Gougnard : que faire ?

L’international belge n’aurait pas pu imaginer pire scénario. Dimanche, il aura tout essayé pour mener son club vers la finale, mais c’est bien l’Héraklès qui l’a emporté pour maintenir ses espoirs de titre. En plus de cette cruelle désillusion, Simon Gougnard devra affronter samedi et dimanche son futur club, le Watducks pour déterminer qui décrochera le dernier ticket européen encore en jeu. Le joueur du Racing aurait certainement préféré jouer le titre contre le Watducks. La finale n’aurait eu aucun impact sur la saison suivante puisque les deux clubs auraient été assurés de participer à l’EHL. Mais le destin en a décidé autrement et Simon Gougnard devra disputer une rencontre qui, quoi qu’il arrive, ne le mettra pas dans une situation confortable. Alors que faire ?

Ne pas jouer ? Plusieurs connaisseurs du hockey belge nous confiaient que la meilleure solution serait de ne pas jouer le match, évitant ainsi tout soupçon de favoritisme. Certains diront que Simon Gougnard ne jouera pas à 100%, de peur de ne pas disputer l’EHL, que s’il a le but de la victoire au bout du stick et qu’il a le temps d’y penser, pourrait hésiter. Le raisonnement est vite fait. Simon Gougnard ne doit pas jouer pour éviter toute discussion à son sujet. Mais lorsqu’on creuse un peu plus la question, l’absence de Simon Gougnard dans l’effectif du Racing défavorise directement son équipe. Et logiquement favorise le Watducks, le club où il évoluera la saison prochaine. La solution de ne pas disputer la rencontre ne semble donc pas la bonne.

Jouer ? C’est la porte ouverte à tous les commentaires. Le moindre contrôle raté, la moindre passe loupée, une hésitation, un match moyen, Simon Gougnard pourrait être sous le feu des critiques s’il ne réalise pas une excellente rencontre. Les insinuations, les soupçons, les commentaires risquent bien d’être nombreux si le Racing perd avec un Gougnard pas au top de sa forme. Disputer les deux rencontres nous semble pourtant la meilleure solution. Malgré une situation inconfortable, le Red Lions est un professionnel et jouera certainement à 100%, même s’il sait qu’il a une chance de ne pas jouer l’EHL la saison suivante avec le Watducks. Quitte à être critiqué, autant qu’il montre sur le terrain qu’il est investi au maximum avec son équipe du moment, sans arrière-pensées concernant son avenir avec les Waterlootois. On doute d’ailleurs que le joueur ait même envisagé de ne pas jouer ce week-end.

Quoi qu’il en soit, la situation dans laquelle se trouve Simon Gougnard n’est clairement pas idéale. Revient alors la question de réglementer le marché des transferts. Le Watducks avait été un des premiers clubs à annoncer officiellement les transferts de Van Strydonck et de Gougnard lors d’une conférence de presse. Si la façon de dévoiler leurs arrivées peut servir d’exemple pour les autres clubs, le timing pose question. Il était probable que le Racing et le Watducks se rencontrent pour un match décisif. Était-il indispensable de le dévoiler aussi tôt, afin de faire taire les rumeurs ? Les annonces de transferts pendant la saison ont-ils une influence sur le championnat ?

S’il est difficile de répondre à ces questions, c’est que la situation du mercato du hockey belge pose un problème. Instaurer des règles claires semble une solution faisable et préférable pour tous. Qui doit inventer cette réglementation et qui doit la mettre en place ? La fédération, les clubs entre eux, les joueurs ? La question mérite d’être posée.

Bertrand Lodewyckx

4 réflexions sur “Edito: Le cas Simon Gougnard : que faire ?

  1. Simon est un grand professionnel il va jouer sans arrière pensée. Une réglementation pour le transferts? Presque impossible. On empêchera jamais les contacts entre les clubs et les joueurs en cours de saison. Qui contrôlera et quelles seront les sanctions. Il faudrait surtout une situation moins opaque concernant les salaires et contrats des joueurs pour éviter une concurrence déloyale entre les clubs et offrir une plus grande sécurité aux joueurs.

    Je suis toujours étonné que les clubs veuillent absolument se qualifier pour l’EHL. Cela leur coute beaucoup d’argent( budget pour participer et budget pour se renforcer) pour souvent ne jouer qu’un match comme le Léo et le Racing cette saison. Même le Racing et le Dragons ont fait appel au crowdfunding pour aller à Eindhoven. N’est ce pas ridicule?

  2. La solution serait d’ouvrir le marché des transferts uniquement après la fin de la saison ! Pour éviter que ce genre de choses arrivent mais je ne pense pas que Simon ne jouera pas à fond !

  3. On a l’impression de lire un mauvais papier de Sudpresse. Simon dira au revoir à ses anciennes couleurs du Racing en regardant tout le monde dans le blanc des yeux si le Racing a l’intelligence de le faire jouer… 🙂

  4. Si le Racing va en EHL l’année prochaine, ce sera sans Gougnard.
    Il est donc évident qu’il ne doit pas jouer ces matchs de barrage au risque de jouer contre son avenir !
    Le hasard (et les transferts) fait que les deux clubs vont devoir s’affronter pour une place européenne, Simon Gougnard doit s’abstenir de prendre part à cet affrontement …

    Chest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *