Edito: Un club international, un modèle dépassé?

Par le passé, les joueurs étrangers ont fait grandir notre championnat et les écoles de jeunes des clubs dans lesquels ils jouaient. Ils ont tout simplement été indispensables à l’évolution du hockey belge. Depuis deux trois ans, la question du modèle des équipes internationales, à l’instar de Louvain ou du Daring pose question. Cette saison encore, les Universitaires et les Molenbeekois ont, sur papier, une des meilleures équipes du championnat. Mais lorsqu’on regarde le classement, on remarque qu’ils ne pointent qu’à la 7e et 6e place, loin du Top 4. L’apport des joueurs étrangers serait-il moins déterminant qu’auparavant?

La question du niveau de jeu ne se pose pas. Des Woods, Lopez, Saladino ou Romeu ont totalement le niveau pour évoluer en division d’honneur et leur apport est certain. Mais plusieurs problèmes se posent.  Sur une saison, un international étranger peut réellement apporter une plus-value après quelques mois, selon nous. Le temps de s’adapter à sa nouvelle vie, d’intégrer le système de jeu, de trouver les automatismes avec ses nouveaux coéquipiers. S’il quitte le club à la fin de sa première saison, l’argent a presque été jeté par les fenêtres. De plus, même si le cas est plus rare, certains joueurs sont appelés par leurs pays pour disputer des compétitions internationales. L’absence d’Uher au Daring n’est certainement pas étrangère aux mauvais résultats actuels des Molenbeekois. Le manque de vision à long terme est également criant lorsqu’une équipe multiplie les départs et les arrivées chaque année. Comment créer un noyau stable et qui regarde dans la même direction si la moitié des joueurs part en fin de saison? Comment un coach peut-il bâtir un projet sur plusieurs années, sans avoir la certitude de pouvoir s’appuyer sur les mêmes joueurs chaque saison?

Lorsqu’on regarde le Top 4, voire le Top 5 de notre championnat, force est de constater que ce ne sont pas les équipes avec le plus d’étrangers qui font partie du haut du tableau. Si par le passé, le Dragons a du faire appel à de nombreux étrangers, ceux-ci leur ont permis de bâtir une école de jeunes ultra-performante. Si bien que les champions en titre n’ont plus aucun étranger dans leur effectif. Au Watducks, Hilton, Panchia et Charlet sont importants mais pas déterminants. Chez les Ucclois du Racing, Conor Harte en est à sa deuxième saison et a probablement signé pour l’année prochaine, tandis que Rickli fait désormais partie des meubles. A l’Héraklès, on a fait appel à Jacob Smith et Marcus Child pour soutenir l’équipe, pas pour faire le jeu. Enfin, le Léopold a réalisé un gros coup en recrutant Turner. A nouveau, il apporte beaucoup devant mais n’est pas déterminant dans la structure de jeu de Bessel.

Les étrangers pouvaient s’avérer déterminant il y quelques années pour amener une équipe dans le Top 4. Aujourd’hui, il faut être une très grande star internationale pour être déterminant dans le championnat belge. Miser sur des joueurs étrangers qui ne font pas partie du Top 10 mondial pour porter toute une équipe est aujourd’hui dépassé. C’est la preuve que le hockey belge a énormément progressé en quelques années, et c’est une excellente nouvelle!

Bertrand Lodewyckx

2 réflexions sur “Edito: Un club international, un modèle dépassé?

  1. Pour être dans le top 4 ,on remarque aujourd’hui qu’il faut un nombre important d’internationaux belges ou ex internationaux belges et des U 21 performants. Mais ces joueurs sont en nombre limité et se concentrent dans les 3 ou 4 meilleures équipes du royaume. Le niveau de nos internationaux a fort augmenté, il est donc difficile pour les autres clubs de trouver des joueurs étrangers qui peuvent rivaliser avec nos « petits Belges ».
    Il est vrai que ce sont des dépenses inutiles si le joueur est grassement payé(salaire ,logement,billets d’avion et école privée pour les enfants par ex) et ne reste qu’une année.

  2. Il aurait fallu ajouter qu’à l’Héraklès à part les trois étranger, le reste de l’équipe est issue de l’école de jeunes du club

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.