Edito: Vers une réglementation du marché des transferts?

Chaque saison, les annonces de transferts se font de plus en plus tôt et les contacts avec les joueurs démarrent même parfois avant la trêve hivernale. Les transferts entre clubs suivent la professionnalisation du hockey en Belgique et tout le monde veut s’assurer les services des meilleurs joueurs du championnat le plus rapidement possible. Des manoeuvres qui sont malheureusement devenues inévitables et qui risquent de se multiplier les prochaines années. Les problèmes sont pourtant nombreux, à commencer par le bon déroulement de la saison des clubs.

Les joueurs et les clubs sont obligés de communiquer la signature des contrats pendant la saison afin de couper court aux rumeurs. Mais ces annonces ne sont pas sans conséquences et peuvent très clairement perturber la fin de saison d’une équipe. Simon Gougnard n’était d’ailleurs pas présent lors de la conférence de presse annonçant son arrivée au Watducks, signe que le joueur et le Racing veulent se concentrer sur leur fin de saison.

Pour les médias, la situation est également délicate. Les rumeurs sont nombreuses chaque semaine et il faut savoir faire le tri entre ce qui est sérieux et ce qui ne l’est pas. Et même lorsqu’une information est transmise comme officielle par un membre d’un club à un journaliste, difficile de déterminer si l’information peut être publiée. Il faudrait donc se diriger vers des communiqués officiels ou des conférences de presse organisés par les clubs. Les médias sauront alors quand ils peuvent publier leur article. Ce qu’a fait le Watducks en organisant une conférence de presse semble la voie à suivre.

Mais il reste le problème d’une annonce en pleine saison. Dans le cas où l’équipe  n’a absolument plus rien à jouer (ce qui est le cas pour très peu d’entre elles), communiquer la signature d’un contrat ne pose pas réellement de problèmes. Mais lorsqu’il y a encore des enjeux, la situation devient délicate. Si l’on ne doute absolument pas du professionnalisme des joueurs, impossible de faire taire les rumeurs et les mauvaises langues. Prenons l’exemple de Simon Gougnard ou d’Elliot Van Strydonck, qui joueront l’année prochaine avec le Watducks. Même s’il semble moins probable que le Léopold se qualifie pour les demi-finales, les chances de confrontation directe entre le Racing et le Watducks sont grandes, avec peut-être à la clé, un ticket pour l’EHL. Que doit alors faire un Simon Gougnard? Ne pas jouer la rencontre? Il déforcerait alors son équipe et certains diront qu’il préfère jouer l’EHL avec son futur club plutôt que d’aider le Racing à décrocher son billet pour la compétition européenne. Jouer la rencontre? En cas de victoire du Racing, les débats risquent bien de se clore rapidement. En cas de défaite, les mauvaises langues s’en donneront à cœur joie. La situation est dans tous les cas inconfortable pour le joueur.

C’est pour ces raisons que nous pensons qu’il faut réglementer la période de transferts, comme cela se fait dans de nombreux sports. S’il est impossible d’empêcher des contacts tôt dans la saison, la signature d’un contrat avant la fin de saison serait interdit, avec la possibilité de signer un pré-contrat avec certaines clauses, qui permettent néanmoins aux parties concernées de changer d’avis. Les rumeurs de contacts continueront à circuler mais les médias sauront qu’ils ne peuvent rien communiquer d’officiel avant la période de transferts. La saison de tous les clubs n’en sera pas perturbée et s’ils s’engagent à annoncer officiellement eux-mêmes les transferts aux médias, la situation n’en sera que plus saine. Reste maintenant à la fédération à prendre le problème à bras-le-corps pour éviter tout problème la saison prochaine.

Bertrand Lodewyckx

Une réflexion sur “Edito: Vers une réglementation du marché des transferts?

  1. Je pense qu’une solution, c’est de définir un montant de compensation pour le club formateur. Par exemple, en dessous de 14 ans. Une somme forfaitaire. L’Arbh définit des clubs par série en fonction du nombre de membres et terrains soit le noyau A et tous les autres dans le noyau B pour les joueurs et joueuses inscrites dans le noyau de l’équipe première. Un passage du noyau B vers un club du noyau B fait l’objet d’une compensation. Excellente source de motivation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *