Euro J-5: « Le groupe a l’or en tête »

A 20 ans, Romain Delavignette est déjà un habitué de la Division d’Honneur. Il connaît également les rencontres internationales puisqu’il a participé au dernier Euro U21, ponctué par une médaille d’argent. Interview du capitaine des Young Red Lions, cinq jours avant le premier match des Belges à l’Euro.

Deux ans après la finale perdue lors de l’Euro U21, tu retournes à Valence. Qu’est-ce qui a changé depuis pour toi?

Mon rôle dans l’équipe. Il y a deux ans, c’était ma première année en U21. Nous n’étions que trois à l’époque. Pour cet Euro, j’en suis à ma troisième année, je suis capitaine. Ça change quand même pas mal de choses.

L’équipe a forcément pas mal changé en deux ans. Elle est plus forte qu’en 2017?

Plus forte ou moins forte, non. Mais l’équipe qui est là aujourd’hui est composée de pas mal de joueurs qui n’ont eu qu’un tournoi amical l’année passée. Je dirais donc que le groupe est moins expérimenté. Il nous manque malheureusement Guillaume Van Marcke et Nelson Onana qui se sont blessés. D’une manière générale, il y a un bon niveau. La majorité de l’équipe est déjà bien impliquée en Division d’Honneur.

Comment s’est passée votre préparation?

Nous avons vraiment commencé à la dernière semaine de mai, avec des aménagements pour les examens des joueurs. Mi-juin, nous sommes partis à Madrid pour un tournoi amical avec l’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas, l’Australie, l’Angleterre, l’Autriche. On a fini troisièmes. C’était un bon tournoi, on a souvent perdu de peu. Ça nous permet de dire qu’on est proches des autres et ça nous donne faim également. Nous avons ensuite disputé deux matchs amicaux contre les Pays-Bas. On a eu du mal à développer notre jeu et on a testé certaines choses.

A quelques jours du tournoi, quelles sont vos forces et quels sont les éléments à améliorer?

L’équipe est vraiment homogène, ce qui est une grande qualité. Le noyau est soudé, on a une bonne défense et un bon press. Il faudra soigner encore quelques points tactiques et arriver bien frais pour le tournoi.

L’adversaire le plus dangereux de la poule, c’est l’Espagne?

Clairement. Nous n’avons pas encore joué la Pologne mais ça devrait être plus faible que les autres.

Quel est l’objectif? Repartir avec l’or?

Nous n’avons pas fixé de réel objectif en tant que tel mais le groupe a certainement l’or en tête. Les cadres de l’équipe savent qu’un Euro, ça va très vite et qu’il faut être prêt dès le début. Je pense que l’Allemagne est l’équipe la plus forte mais on ne va pas commencer à calculer. Il faudra jouer à fond dès le début contre l’Espagne. Et puis si on rencontre l’Allemagne, on a une revanche à prendre parce qu’on avait perdu de justesse en juin.

Bertrand Lodewyckx
Ça vous a plu? Tip-in Hockey News, c'est aussi un magazine mensuel avec le meilleur du hockey belge et international. Vous voulez découvrir nos offres ou vous abonner?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.