Généralement, quand je tire, la balle elle part dans les tribunes !

Voici les réactions de Vincent Vanasch et de Victor Wegnez

Vincent Vanasch 

« C’était incroyable ! Ça devait être beau à voir. À la mi-temps, on était encore mené 0-2 et encore, je fais un gros safe à la fin sinon ça aurait été 0-3. Au vestiaire, on s’est dit : ‘on va faire ça, ça et ça, et on y arrivera !’ Dans le troisième quart, ça allait déjà mieux, on mettait beaucoup plus de rythme à la balle. Et puis, le tournant du match, c’est ce penalty que je sors, et puis ce stroke… Je demande la vidéo, et il est annulé. Dans la foulée, Tom Boon va planter un goal. Là, la machine était lancée. J’ai senti que la vibe était de retour. En fin de match, on a déroulé. On met 2-2, 3-2 puis 4-2. Il restait deux minutes à jouer, mais il fallait être à fond, parce qu’avec les Allemands, le match n’est pas fini avant qu’ils montent dans le bus… »

Tu as fait une prestation hors normes ! Comment tu te sens après un match comme ça ?

« Je suis très content de ma prestation. Les mecs sont tous venus me féliciter et me dire que j’avais relancé tout le groupe avec mes arrêts. Moi, j’avais la rage de vaincre. Je me sentais un peu coupable pour les deux goals encaissés. J’aurais voulu garder la clean-sheet. Mais derrière, on gagne 4-2. C’est fantastique ».

Et la suite ?

« Maintenant, place à la finale. On a battu les Espagnols 5-0 en poule, mais ça ne veut rien dire. Une finale, c’est un événement totalement à part ! On va la préparer comme d’habitude. Le public ne doit pas s’attendre à ce qu’on l’emporte 5-0. Tous les détails vont compter. Ils ont un très bon penalty corner, un très bon gardien. Ils ont aussi cette folie espagnole en plus qui peut faire tourner un match. Avec eux, ça part très vite en contre, donc il faudra être vigilant. Mais on a toutes les cartes en main. Quand on voit le match d’aujourd’hui, on voit que tout est possible ».

Victor Wegnez

« Le match était assez stressant. En première mi-temps l’Allemagne prend logiquement les devants puisqu’on était un peu timoré. Ils nous ont bien baladés pendant les 15 premières minutes. À la mi-temps, c’était 0-2, mais on s’est dit qu’on devait continuer à développer notre jeu, que physiquement, on allait prendre le dessus. On passe homme sur homme. Là-dessus, on a gagné beaucoup de balles. On marque un goal, puis un deuxième goal. Le public s’enflamme, c’était une dinguerie. Je marque le 3-2, c’était fou ! Je ne marque jamais moi. Généralement quand je tire, la balle elle part dans les tribunes. Et pour une fois, elle rentre dedans. J’ai bien choisi mon moment ! »

Vous étiez un peu stressés en début de match ?

« À 0-2, on n’avait plus rien à perdre. Alors qu’au début du match, on avait la pression. L’événement a lieu en Belgique. Les Panthers ont déjà été éliminées, on se devait d’atteindre la finale. Sinon, ça aurait été deux échecs. Après, on a su inverser la tendance. C’est extraordinaire ».

Confiant pour la finale ?

« Pour la finale, il ne faut pas y aller trop confiant. On ne doit pas se dire que ce sera facile parce qu’on les a battus 5-0 en phase de poule. Le match sera compliqué. Ils ont de très bonnes individualités devant et un superbe penalty corner ».

Titouan Marichal

Photo : Brieuc Verstreken

Ça vous a plu? Tip-in Hockey News, c'est aussi un magazine mensuel avec le meilleur du hockey belge et international. Vous voulez découvrir nos offres ou vous abonner?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.