Grosse déception pour le Racing, défait de justesse par Kampong

Kampong-Racing 4-1

Racing : Gucassoff, Lambeau, Harte, Vanwetter, Van Rysselberghe, Truyens, Meurmans, Boon, Charlier, Willems, Garcia puis Lootens, Weyers, de Chaffoy et Versluys.

Cartes vertes : 26’ Boon, 28’ de Chaffoy, 34’ Havenga, 40’ P.Luijkx.

Carte jaune : 42’ J.Luijkx.

Les buts : 9’ Caspers (2-0), 13’ Harte sur pc (2-1), 27’ Kellerman (4-1).

Après s’être facilement débarrassé des Russes du Dinamo Kazan, le Racing avait un tout autre morceau en face de lui en quarts de finale : Kampong, leader du championnat hollandais et vainqueur de l’EHL il y a deux ans. La rencontre avait une saveur particulière pour le défenseur irlandais du Racing, Conor Harte, opposé à son frère David Harte, gardien de Kampong.

Deux équipes offensives et séduisantes sur papier, un quart de finale européen et la tribune principale entièrement remplie, tout était réuni pour assister à un beau spectacle.  Les deux équipes n’allaient pas décevoir lors du premier quart. L’entame du match était totalement à l’avantage des Ucclois qui pensaient ouvrir le score à la 3e. La balle passait sous David Harte et un défenseur sauvait la balle juste derrière. Les Rats faisaient appel à la vidéo pour savoir si la balle avait traversé la ligne. Après visionnage des images, la balle avait été repoussée à même la ligne. Mis à part un tir de Kellerman, la domination et les occasions étaient belges mais le score restait figé à 0-0. Gucassoff s’interposait trois fois de suite dans la foulée. Il devait malheureusement s’avouer vaincu à la 9e. Un centre d’Havenga passait sous lui. Michel Van Rysselberghe voulait repousser mais l’arbitre se trouvait sur le chemin, bloquait la balle du pied. Caspers, juste à côté, plaçait au fond. Le but était validé…. (2-0). La réaction uccloise était immédiate avec un premier centre de Charlier. De Chaffoy ne parvenait pas à dévier mais il se rattrapait une minute plus tard en provoquant le pc. Harte transformait (2-1). Un goal entièrement mérité au vu de la domination des Rats. Gucassoff s’interposait brillamment juste avant la première pause.

Si le Racing était la meilleure équipe sur le terrain lors du premier quart, Kampong prenait le jeu en main dès la reprise et baissait le rythme de la rencontre alors que les Ucclois attendaient leur adversaire dans leur moitié. Il y avait peu d’occasions à se mettre sous la dent jusqu’à ce que Kellerman ne se détache de son marquage dans le cercle à la 27e. L’attaquant se retournait et fusillait Gucassoff pour faire 4-1. Le Racing venait de faire preuve de trop de précipitation en sortie de défense pendant quelques minutes et cela lui coûtait cher, juste avant la mi-temps.

Dès la reprise, Kampong reprenait sur sa lancée et provoquait un premier pc, bien stoppé par Gucassoff. Sur le contre, Charlier centrait vers Willems mais l’attaquant ne parvenait pas à dévier. A la 35e, Vazquez, pas très inspiré depuis le début du match, sifflait un pc très sévère, prétextant que Harte l’avait volontairement stoppée du pied dans les 25… La phase était heureusement mal bloquée. Moment choisi par le Racing pour retourner assiéger le camp adverse. La défense de Kampong était très bien regroupée et les espaces se faisaient rares. Charlier forçait le pc à la 41e. Les Rats faisaient sortir la balle jusqu’aux pointillés pour créer une phase de plein jeu mais la défense hollandaise repoussait. Kampong était réduit à dix en fin de troisième quart. Les Ucclois passaient souvent très près du goal, sans pouvoir concrétiser. Le dernier acte s’annonçait palpitant, le Racing ayant les capacités de revenir.

Les centres ucclois se multipliaient dans le cercle hollandais mais il manquait toujours le dernier geste, quand ce n’était pas un défenseur qui repoussait.  A cinq minutes du terme, Reckinger décidait de faire sortir son gardien pour un joueur de champ. Les Hollandais étaient retranchés dans leurs 25 et les Rats devaient tourner autour du bloc adverse.  Malgré de nombreuses actions dangereuses dans le cercle, Kampong ne laissait rien passer et faisait preuve d’une rigueur défensive impressionnante.  « C’est le haut niveau et c’est vrai que c’est le genre de match difficile pour un attaquant mais nous avons eu suffisamment d’occasions pour marquer« , expliquait Cédric Charlier.

A quelques secondes du terme, David Harte s’interposait parfaitement sur le tir puissant de Boon.

Il aura manqué au Racing un brin de chance et plus d’efficacité dans le cercle. Parce que les Ucclois étaient très proches de leur adversaire du jour.

« Je pense que les deux équipes ont sorti un gros match et ont eu leurs moments dans le jeu, peut-être même un peu plus pour nous« , soulignait Charlier. « Ça se joue sur des détails. Cette balle qui ne traverse tout juste pas la ligne, l’arbitre qui est fautif malgré lui  sur le premier goal.. Ce que je retiens et ce que l’équipe retient, c’est qu’on a fait un très gros match contre une équipe qui n’a pas perdu depuis un an. Je suis confiant pour la suite de la saison », positivait Charlier, malgré la déception.

Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.