Les dix meilleurs moment de l’année 2017: 7. Les Red Lions en finale de l’Euro!

Un jour après les Dames, les Red Lions se qualifiaient également pour la finale de l’Euro. Avec le même adversaire au menu: les Pays-Bas. Quel que soit le résultat, la Belgique se plaçait déjà au sommet du hockey européen.

L’article du 27 août 2017: 

Allemagne-Belgique 2-2 (0-2 aux shoot-outs)

Après avoir dominé pendant presque toute la rencontre, les Red Lions se faisaient rejoindre à deux minutes du terme et devaient alors emporter la séance de shoot-outs pour accéder à la deuxième finale européenne de leur histoire. Vanasch était héroïque et ne laissait passer aucune tentative allemande. Les Red Lions sont en finale de l’Euro!! « Juste avant les shoot-outs, Pino (Loick Luypaert Ndlr) nous a rassemblé et nous a fait tous comprendre que nous étions plus forts. On avait dominé toute la rencontre. Nous ne doutions presque pas que la finale était pour nous » , confiait un Victor Wegnez tout sourire et qui avait fait preuve d’un calme étonnant pour marquer son shoot-out. « Il n’y a quasiment que sur le terrain que je ne ressens pas la pression » souriait-il. « J’ai essayé de prendre cette demi-finale comme un match comme un autre » .

Belgique : Vanasch, A.Van Doren, Boccard, Stockbroekx, Luypaert, Denayer, Meurmans, Gougnard, Van Aubel, Keusters, Briels puis Hendrickx, Wegnez, Charlier, Dockier et Boon.

Allemagne : Walter, Häner, Müller, Windfeder, Fürk, Grambusch, Hauke,  Wellen, Trompertz, Miltkau, Ruhr puis Zwicker, Staib, Kapaun, Meyer, Linnekogel et Boeckel.

Les arbitres : Van t’Hek et Bale.

Carte verte : 68′ Grambusch.

Les buts : 3’ Windfeder sur pc (1-0), 17’ Windfeder csc (1-1), 37’ Dockier (1-2), 57′ Fürk (2-2).

Vingt-quatre heures après les Red Panthers et leur superbe qualification pour la finale, les Red Lions avaient l’occasion d’écrire l’histoire en se qualifiant également pour le dernier round de la compétition. Jamais dans l’histoire la Belgique n’a, en effet, envoyé ses deux équipes nationales de hockey en finale de l’Euro. Il fallait pour cela battre les redoutables Allemands.

Le premier quart démarrait à cent à l’heure et Briels trouvait presque le chemin des filets après seulement trente secondes. Il fallait un superbe réflexe du gardien pour empêcher l’ouverture du score. Les Allemands n’étaient pas venus en victimes consentantes et provoquaient le premier pc à la 3e. Vanasch anticipait sur la droite mais le sleep de Windfeder partait vers la gauche, dans le plafond. Van Aubel, posté sur la ligne, stoppait mais pas totalement et la balle mourait lentement dans le but vide (1-0). L’efficacité allemande….

La riposte belge ne se faisait pas attendre et après un tir de Boon repoussé du stick, Charlier trouvait la faute dans le cercle. Le sleep d’Hendrickx était bien lu par le premier sorteur qui déviait loin du but. Les Belges pressaient haut et récupéraient beaucoup de balles mais il manquait le dernier geste devant le but. Après dix minutes folles, l’Allemagne tentait de temporiser et de prendre le jeu en main. Le premier quart s’achevait sur un contre belge mais il manquait quelques secondes pour arriver dans le cercle allemand.

Le deuxième quart repartait sur les mêmes bases que le premier acte et les prises d’initiative étaient clairement belges. Les tentatives de Boon puis de Van Aubel passaient juste au-dessus but. Ce n’était que partie remise. A la 17e, Boon s’offrait un solo dans le cercle et passait trois joueurs. Dos au gardien il se retournait et plongeant et son centre passait en dessous du gardien. Le retour défensif de Windfeder offrait l’égalisation aux Belges (1-1). Et c’était amplement mérité !

Quatre minutes plus tard, Charlier, entouré par deux défenseurs, trouvait le 2e pc belge. La phase était malheureusement mal bloquée. Mis à part une situation confuse dans le cercle belge, les Red Lions dominaient largement en termes d’entrée de cercle et c’était presque récompensé à deux minutes de la pause. Denayer ouvrait la voie à Gougnard qui débordait avant de céder à Charlier. L’attaquant contenait son défenseur avant de donner en retrait à Wegnez. L’ouverture en un temps vers Denayer était parfaite et le milieu belge fixait le gardien d’un superbe tir à mi-hauteur. Imparable ! Malheureusement pour les Lions, le but était annulé suite au recours à la vidéo. Gougnard avait touché du pied lors de son débordement. La mi-temps s’achevait sur ce score de parité. Un deuxième but belge n’aurait pas été démérité.

Loin d’être découragés malgré leurs nombreuses offensives, les Red Lions remontaient sur le terrain avec la ferme intention de rapidement prendre l’avance au score. Les Allemands ne pouvaient que répondre au jeu imposé par les Belges. A part un solo de Wellen finalement stoppé par Van Doren, l’Allemagne n’avait pas grand-chose à proposer et c’est logiquement que la Belgique faisait 1-2 à la 37e, après dix entrées de cercle. Boon centrait vers Dockier. L’attaquant gagnait son duel avant d’armer instantanément son tir. Un envoi imparable à mi-hauteur qui offrait à Dockier son 4e but du tournoi et l’avance aux Belges (1-2).

Vexés, les Allemands répondaient par un double centre. Il manquait un centimètre à l’attaquant sur le premier pour dévier au fond tandis que le second était stoppé par Luypaert. Les Red Lions contenaient les derniers assauts adverses pour aborder le dernier acte avec une avance d’un but.

Quelques secondes après le début du 4e quart, Vanasch était à la parade pour sauver son équipe. Il stoppait une première reprise des guêtres avant de s’interposer sur le rebond. L’Allemagne avait l’égalisation au bout du stick mais le plongeon du gardien belge était sublime. Les Allemands continuaient à attaquer mais leur 2e pc de la partie à la 49e était mal stoppé. La pression sur la défense belge se faisait de plus en plus pesante et les Lions pouvaient compter sur la chance pour garder leur avance. Le tir à bout portant de Miltkau rebondissait sur le poteau à huit minutes du coup de sifflet final.

Il ne restait que cinq minutes de jeu lorsque le gardien allemand cédait sa place à un joueur de champ. Les Red Lions allaient-ils tenir les cinq minutes qui les séparaient de leur deuxième finale européenne de leur histoire? Après une récupération de balle, les Belges filaient tout droit vers le but sans gardien des Allemands. La passe de Keusters était trop molle. Luypaert plongeait sur le centre allemand à deux minutes du terme. Sur la remise en jeu, Fürk longeait le cercle avant de tirer à plat. Vanasch ne pouvait pas stopper la balle. Les Lions faisaient appel à la vidéo mais le but était validé à une minute trente de la fin du match (2-2). Mats Grambusch prenait une verte à la 68e. Le tir de Gougnard dans la foulée n’était pas cadré…  L’incursion de Boon n’était pas plus concluante et il fallait alors procéder aux shoot-outs.

Gougnard était le premier à s’élancer. Walter stoppait la balle. Vanasch s’interposait parfaitement sur la première tentative allemande. Denayer se présentait ensuite devant Walter et marquait (0-1). Le gardien belge stoppait la tentative de Ruhr! A Wegnez de marquer. Il feintait parfaitement avant de tromper le dernier rempart allemand (2-0). Miltkau plaçait à côté. Si Van Doren marquait, les Belges étaient en finale! Malgré l’arrêt, la balle filait au fond. L’appel à la vidéo montrait un back stick et annulait le but. Vanasch était héroïque sur le dernier shoot-out allemand et l’envoi passait à côté!!

Sébastien Dockier, qui pensait avoir marqué le but de la victoire pendant presque toute la 2e mi-temps était naturellement tout sourire à l’issue du match.  » On se sentait plus forts au moment de commencer la séance de shoot-outs. Nous étions vraiment confiants, avec un gardien comme Vincent et des joueurs qui savent très bien tirer les shoot-outs« , expliquait le meilleur buteur belge.  » Si chacun joue 100% de ses capacités, on peut gagner cette finale. Si on joue les Pays-Bas demain, ça ne change rien. On a déjà prouvé qu’on savait jouer devant un stade rempli de Hollandais », souriait-il.

« J’ai joué l’Allemagne en demis en U21 et j’ai ensuite perdu contre le pays hôte. On vient de battre de l’Allemagne maintenant. Et j’espère bien battre le pays hôte en finale« , rigolait Victor Wegnez.

Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.