« Monter en puissance pour le Final 4 »

Les Red Lions ont remis les pendules à l’heure hier en corrigeant l’Allemagne sur le score historique de 0-8. Malgré deux défaites contre les Pays-Bas, les Belges restent deuxièmes de la Pro League et disposent de la meilleure attaque de la compétition. De quoi donner encore un peu plus de confiance à Gauthier Boccard et à son équipe.

Gauthier, on peut parler de réaction d’orgueil face aux Allemands?

Le score est peu ‘forcé’ même si ce n’est peut-être pas exactement le bon terme. Nous mettons deux goals lorsque leur gardien n’est pas là mais eux n’ont rien eu sur le match. Par rapport au hockey, nous avions bien évolué entre les deux rencontres face aux Pays-Bas. Dimanche, les statistiques étaient clairement en notre faveur. On s’est dit qu’il était temps de reprendre trois points en vue du Final 4 de la Pro League. Le véritable objectif plus qu’autre chose était la victoire.

Ça peut jouer psychologiquement pour le futur ce genre de rencontres?

C’est toujours bien de marquer le coup et de faire passer un message en disant: ‘Nous sommes la Belgique et on sait vous battre 8-0’. Les rencontres précédentes contre l’Allemagne ont très souvent été serrées avec des matchs nuls ou avec un seul goal d’écart. La dernière fois que nous avions gagné sur un gros score, c’était en demi-finale de la World League quand on l’avait emporté 6-1. Donc hier est un peu une première et d’avoir mis huit goals face à une grosse équipe allemande prouve qu’on est capable de les battre. Nous avions été surpris par ce qu’ils faisaient à la balle lors du premier match. Nous avons su modifier deux, trois petites choses et ça a bien fonctionné.

Les deux défaites contre les Pays-Bas ont néanmoins été des bonnes rencontres?

La première, non. On peut parler de non match de notre part au niveau de l’engagement physique, de la concrétisation dans le cercle etc. Quand on voit qu’on domine bien la rencontre dimanche, c’était bien mieux. Qu’on n’aie pas les trois points, ça n’est pas tombé pour nous dimanche mais ça pourra l’être plus tard.

Ce non match samedi, c’est presque le seul depuis que vous êtes champions du monde?

Notre premier match de Pro League contre l’Espagne, je pense que ce n’était pas une rencontre de notre niveau. Je crois que pour le reste, nous avons bien joué. Notre défaite samedi contre les Néerlandais était certainement notre plus mauvais match depuis notre titre de champion du monde.

Tout ça en faisant pas mal tourner le groupe..

Le coach gère ça bien. On n’a pas beaucoup de matchs de repos et il n’a pas énormément élargi son noyau. Tout le monde a déjà eu ou va avoir quelques jours de repos, ce qui permet de revenir plus frais mentalement. La rotation se passe plutôt bien et ça n’a pas vraiment d’influence sur les rencontres. La seule fois où ça s’est ressenti, c’est quand nos sleepers n’étaient pas là contre les Pays-Bas dimanche. Nous avons dû faire un peu avec les moyens du bord. Là on a vu la différence. Mais sinon, on peut faire jouer n’importe qui du noyau et nous avons le niveau pour gagner des matchs internationaux.

Quels ont été les principaux développements depuis le début de la Pro League?

Je n’ai pas l’impression que nous avons vraiment changé quelque chose d’important dans notre système de jeu. On essaye de jouer les coup-francs rapidement, de mettre de la puissance physiquement. Nous essayons de voir aussi ce qu’eux adaptent dans leur jeu parce qu’avec notre statut, tout le monde se dit qu’il faut sortir son meilleur match contre la Belgique. Cela s’est vu contre l’Allemagne lors de la rencontre aller où ils avaient fait quelque chose de différent. Il y a toujours des petites modifications et il faudra observer ce qu’on prend ou pas pour la Coupe d’Europe. Il s’agit surtout de répéter des bonnes performances et garder de la constance. Nous avons aussi parfois trop baissé la garde quand on menait, au lieu d’enfoncer le clou définitivement comme on l’a fait hier. Je pense que les Allemands, hier, n’étaient pas ravis…

Ton bilan depuis votre titre depuis votre sacre mondial?

Bilan positif, c’est sûr. Nous avons été chercher les points importants à l’étranger alors qu’on partait vraiment dans l’inconnu. Il n’y a pas eu de blessures ni rien, ce qui est vraiment positif. Nous n’avons pas encore sorti notre plus grand jeu sur plusieurs matchs d’affilée comme on peut le faire en tournoi. Nous sommes deuxièmes pour le moment, il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Par contre, lors du Final 4, il faudra être au top et y aller avec la détermination de l’emporter. Je pense que ça sera du niveau de la Coupe d’Europe. Les trois derniers matchs vont nous permettre de monter en puissance d’ici le Final 4 mais aussi de donner un peu de repos à certains. Depuis début mai, nous avons enchaîné beaucoup de rencontres. Mais c’est bien, cette Pro League est agréable à jouer avec des matchs de haute intensité régulièrement.

Bertrand Lodewyckx

Photo: Laurent Faucon

Ça vous a plu? Tip-in Hockey News, c'est aussi un magazine mensuel avec le meilleur du hockey belge et international. Vous voulez découvrir nos offres ou vous abonner?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.