Regards croisés: Gilles Verdussen et Darran Bisley

Cet article est paru dans le magazine Tip-in de mars 2021.

Darran Bisley et Gilles Verdussen passent probablement plus de temps ensemble que certains couples mariés. Les deux coachs cumulent les fonctions à deux. Quand l’un est coach principal, l’autre est son assistant. Et inversement.

Le 13 décembre 2020, le PSG s’inclinait contre Lyon, John Le Carré s’éteignait à l’âge de 89 ans et le président algérien Abdelmadjid Tebboune, convalescent du Covid-19, faisait une apparition télévisée après deux mois d’absence. Pour Darran Bisley et Gilles Verdussen, le dimanche 13 décembre sonne comme une date clé du premier tour, deuxième partie, version express. Ce jour-là, les dames et les messieurs de l’Héraklès disputent deux finales à domicile. En jeu ? Rien de moins qu’une place pour le Top 8. Quasi inespéré pour l’équipe féminine en début de saison tandis qu’il s’agit du principal objectif de leurs homologues masculins. « Tous les dimanches sont un peu comme cela », sourit l’Australien. « Il y a peu de week-ends faciles. J’avais un bon feeling avant les deux rencontres ». Le T1 des messieurs aura raison pour un des deux matchs. Aux alentours de 13h30, la joie explose du côté des Lierroises et de leur coach principal Gilles Verdussen. Leur victoire 2-0 contre le Racing leur assure une place dans le Top 8 au deuxième tour. « J’étais très content et j’avais envie de profiter du moment avec les joueuses, forcément. Mais j’ai rapidement dû me reconcentrer sur le match suivant ». L’issue sera moins heureuse. De Kerpel&cie s’inclinent 0-1 et voient les play-downs se profiler à la seconde partie de saison. Un dimanche chargé pas comme les autres pour le duo Bisley/Verdussen. Cette fois-ci avec des émotions plus contrastées. « Ça rend parfois les choses plus faciles d’avoir les deux équipes », explique l’ex- international belge. « Je me souviens que j’étais très énervé après un match perdu de justesse avec les dames. Et puis je suis arrivé chez les messieurs et les gars étaient de super bonne humeur, impatients de jouer. Ca m’a permis de mieux switcher et ils m’ont redonné de l’énergie ».

Des gars normaux

Darran Bisley est T1 des messieurs et Gilles Verdussen est son assistant. Et chez les dames, c’est l’inverse. Le duo officie également chez les Young Red Panthers. Autant vous dire que les deux passent une grande partie de la semaine ensemble et que ces hiérarchies inversées ne facilitent pas les choses à première vue. Sauf que le duo se connait quasi par cœur et a derrière lui plusieurs années de collaboration. « Je me souviens d’avoir joué contre toi. Mais je ne sais plus trop quand on s’est vraiment rencontrés », embraye l’ancien joueur du Beerschot. « Je dirais avec l’équipe nationale U18 garçons. Il y a déjà quelques années. Je me souviens qu’il y avait tellement de joueurs. Heureusement Gilles en connaissait déjà pas mal et on a tout de suite bien travaillé ensemble » retrace Bisley. « J’avoue que je ne me souviens pas trop. Souvent, c’est bon signe. C’est que cela ne m’a pas spécialement marqué », rigole Verdussen. « Il est vraiment très organisé, dans le détail. Beaucoup plus que moi », commence l’Australien. « C’est vrai que je viens t’emmerder avec des petites choses…

(…..)


Qui est ?

Le plus têtu :

Darran : Moi!

Gilles. Moi. Il faut demander à Michel Schuermans, le président du club (rires). Non, je peux être….


Vous souhaitez lire cet article en intégralité, rendez-vous dans votre magazine Tip-in dans l’espace abonnés après vous être connecté.

Pas encore abonné? Vous voulez lire le meilleur du hockey belge et international dans votre magazine Tip-in?

Photo: Stéphane Dewelde

Ça vous a plu? Tip-in Hockey News, c'est aussi un magazine mensuel avec le meilleur du hockey belge et international. Vous voulez découvrir le magazine ou vous abonner?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.