Tom Boon et le Watducks au Top, le nouvel échec aux shoot-outs pour quelques Indoor Red Lions fait un flop

Top 3

  1. Tom Boon. Comment ne pas placer le héros de la finale indoor à la première place du Top. Si c’est toute l’équipe qui est allée chercher le titre, Tom Boon a réussi l’exploit d’inscrire les sept buts de son équipe et le shoot-out décisif qui offrait le titre au Racing !
  2. Le Watducks. On n’attendait pas les Waterlootoises à pareille fête. Sur papier, le White Star était largement favori. Mais les dames du Watducks n’ont jamais cessé d’y croire et ont décroché un superbe premier titre indoor au terme d’une terrible séance de shoot-outs.
  3. Le suspense en finale. Assez rare que pour être souligné, les titres féminins et masculins se sont décidés aux shoot-outs. Les spectateurs étaient pourtant loin de s’attendre à cela. Le White Star en dames et le Racing en messieurs étaient largement favoris de leur finale. C’était sans compter sur la volonté sans faille de leur adversaire.

Flop 3

  1. Nouvel échec aux shoot-outs. Pour Jacob, Zimmer, Degroote, Pokorny, l’issue était encore plus cruelle que pour leurs coéquipiers namurois. Les membres des Indoor Red Lions venaient à nouveau de passer tout près du titre, quelques semaines après avoir échoué de justesse aux shoot-outs en finale de l’Euro.
  2. Peu de monde dans les tribunes. Programmées samedi soir au Spiroudome, les phases finales seniors n’ont pas attiré autant de monde que l’année passée. Pour diverses raisons (départ des Indoor Red Lions à la Coupe du Monde, calendrier chargé), elles n’ont pas pu être disputées le dimanche après-midi et les spectateurs étaient du coup moins nombreux à s’être déplacés.
  3. Les clubs flamands en finales indoor. Le hockey en salle poursuit son développement en Flandre. Mais face aux clubs bruxellois et wallons, les équipes flamandes ne font pas encore le poids. En jeunes, l’Héraklès et le Braxgata se sont tous les deux inclinés face à l’Orée en finale. Et lors des quatre autres finales jeunes organisées au Spiroudome, pas de trace de club flamand.
Bertrand Lodewyckx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *