« Un privilège de vivre ces moments-là »

Si on a beaucoup parlé des Red Panthers et de leur excellent parcours à la Coupe du Monde, il y en a une dont on a moins parlé et qui s’est pourtant hissée jusqu’en finale. Elle n’avait pas de stick en main mais bien un sifflet. Deux ans après avoir arbitré la finale des Jeux Olympiques, Laurine Delforge a porté haut les couleurs de la Belgique en sifflant la finale de la Coupe du Monde. Interview de l’une des meilleures arbitres du monde, quelques jours après un match historique.

Laurine, remise de tes émotions, seulement trois jours après la finale?

C’est clairement le retour à la réalité. Pendant trois semaines, on est dans sa bulle avec quinze autres arbitres et je dois bien avouer que retourner au travail est un peu difficile (rires). C’est vraiment une atmosphère particulière. On essaye de former une équipe avec tous les officiels, on discute beaucoup, on va voir les matchs des autres. On forme une véritable groupe qui vit ensemble pendant toute la compétition, dans le même hôtel. Il y a les arbitres, les juges, les officiels du tournoi. C’est à chaque fois une expérience inoubliable.

Tu as, à nouveau, réussi à grimper les échelons pour arbitrer la finale. Que ressent-on juste avant de monter sur le terrain? 

Pendant tout le tournoi, on fait le mieux possible pour accrocher la finale. C’est réellement la cerise sur le gâteau et dans un sens, on n’a plus rien à perdre. Le but est toujours d’atteindre  son meilleur niveau et si on ne parle pas de toi après le match, c’est que c’était bien arbitré. C’est une finale donc il y a encore un peu plus de pression mais on réfléchit moins à ce qu’on devrait faire ou ne pas faire pour la suite du tournoi. On déroule en quelque sorte. L’approche est différente.

C’est un privilège de diriger des rencontres comme celles-là?

Ce sont des moments incroyables. Le stade était à 100% derrière les Irlandaises. Les hymnes nationaux, c’était hyper impressionnant et être sur le terrain à ce moment-là, c’est inoubliable. Les gradins étaient très hauts et nous étions dans une cuve, très proche du public. J’ai eu la chance d’arbitrer des rencontres de l’Angleterre. Quand tu entends les supporters chanter puis exploser de joie lorsqu’elles marquent, tu le ressens pleinement. Et pendant les hymnes, tu as des frissons!

Comment s’est déroulé ton tournoi d’une manière générale? 

La grande nouveauté était d’officier également en tant qu’arbitre vidéo. J’ai sifflé trois matchs de poule, un quart de finale puis la finale. Le groupe d’arbitres était assez jeune et talentueux et je savais que ça allait être difficile. Mais quand j’ai appris que je m’occuperais d’un quart, j’ai compris que j’arbitrerais le dimanche, la finale ou la petite finale. J’étais plus occupée qu’à Rio, de par l’arbitrage vidéo. Cela a été un tournoi assez long.

Comment as-tu vécu ce rôle d’arbitre vidéo?

Je l’avais déjà expérimenté il y a trois ans mais pas à un tel niveau. Tous les matchs avaient de l’importance donc on ne pouvait pas relâcher la pression, qui est différente quand on est dans la box.  On a plus de temps que sur le terrain mais il faut prendre une décision rapidement, en analysant tous les angles, en réfléchissant plus etc. Sur les cinq matchs où j’étais à la vidéo, j’ai eu douze appels en tout, dont certains plutôt difficiles. On en rigolait pendant le tournoi. Si j’étais dans la box, il y aurait sûrement des appels à la vidéo compliqués (rires).

Finale des Jeux Olympiques, finale de Coupe du Monde, il ne manque plus que l’Euro? 

Oui c’est vrai. Mais je suis plus dans un processus de m’améliorer chaque année. Il y a la Pro League qui va démarrer. C’est certain que j’aimerais ajouter une finale de l’Euro à mon palmarès mais ce n’est pas un objectif en soi. Cela ne fait que quelques années que j’arbitre au niveau international. J’ai encore beaucoup à apprendre et ma carrière est loin d’être finie.

Bertrand Lodewyckx

Ça vous a plu? Tip-in Hockey News, c’est aussi un magazine mensuel avec le meilleur du hockey belge et international. Vous voulez découvrir nos offres ou vous abonner?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.